Anglais
 

Suivez nous sur Facebook
A découvrir | Les 1000 Etangs |
Les étangs

Sur un vaste plateau vallonné et raboté par les glaciers, les hommes se sont associés à la nature pour transformer en étang des zones marécageuses et des tourbières incultivables.

 

Bloc de pierre erratique, vestige de la période glaciaire
"La Pierre Mourey à les Fessey"

Après les glaces

     Les étangs, comme les autres zones humides (tourbières ou marais) se nichent, pour la plupart, dans des dépressions formées par l'érosion glacière.

     Au cours des deux derniers millions d'années de l'ère quaternaire, une épaisse couverture de glace a recouvert le plateau. Cette calotte glaciaire a disparu depuis environ 12 000 ans.

     Les moines du moyen-Âge, modelant les reliefs, ont tiré avantage de la topographie et exploité les tourbières. Ils ont été les premiers maîtres de la gestion de l'eau. C’est ainsi que sont nés les étangs

 

 

Étangs des Hommes

La végétation spontanée des étangs était liée à une gestion traditionnelle de mode cyclique.

   Héritée du Moyen -Âge, l'exploitation alternait tous les trois à six ans des périodes de mise en eau et des périodes d'essèchement temporaire, en été ou en hiver, appelé assec.

   Ce temps de repos permettait d'assurer l'entretien des étangs et de reconstituer sa fertilité. Dans les étangs asséchés en été, on cultivait le millet, l'orge et le sarrasin. Mais cette agriculture de fond d'étang a pratiquement disparu aujourd'hui et bien peu d'agriculteurs pratiquent encore l'assec.

   Vers la mi-septembre commençait la vidange des étangs: travail compliqué qui demandait beaucoup de personnel et évènement important...

   La veille du grand jour, le vidage avait été commencé, le lendemain il ne restait plus qu'un petit peu d'eau, où s'étaient réfugiés les poissons. Les hommes en grandes bottes montant jusqu'aux hanches repoussaient le poisson vers le déversoir dont les vannes avaient été levées pour éliminer le reste de l'eau. Les poissons avaient suivi le mouvement, mais un treillis accueillait au passage...
Les pêcheurs les cueillaient à la main ou à l'épuisette.

 



   Les étangs sont des étendues d'une eau peu profonde qui se renouvelle très faiblement. Alimentés par les eaux de pluie et de ruissellement, ils constituent de véritables capteurs solaires et redistribuent une énergie lumineuse nécessaire à la croissance des végétaux. Le brassage et la circulation des eaux tempérées en surface et des eaux plus froides du fond, produisent des courants thermiques propices à l'oxygènation de l'eau. Le vent stimule l'évaporation et contribue au maintien de ce taux d'oxygène.

   Le fond des étangs est recouvert d'une vase produite par les interactions entre le sol originel et les dépôts aquatiques végétaux et animaux. Cette vase contribue au taux d'acidité de l'eau et détermine la production biologique de l'étang.

   Comme tous écosystème, l'équilibre d'un étang est perpétuellement remis en question par l'évolution des échanges entre tous les éléments qui le composent.

 

La qualité par les plantes

On peut à partir de la végétation d'un étang, déterminer son état de santé et son fonctionnement.
Différentes catégories de végétaux sont installées dans l'eau ou à proximité


   Les étangs doivent être considérés comme précieux à bien des égards. Se situant au carrefour de milieux naturels contrastés, ils abritent de nombreuses espèces en situation originale: des reliques glaciaires, des espèces montagnardes, voire continentales. L’écosystème de ces étangs placés en tête de bassin versant joue un rôle fondamental pour le maintien de la qualité des eaux et l'équilibre hydrologique des systèmes aquatiques de la Montagne.

© Copyright 2012 Office de Tourisme des Mille Étangs - Rue Jeannot Lamboley - 70310 Faucogney et La Mer - Tél: 03 84 49 32 97
Tous droits réservés - Réalisation Torop.Net - Mise à jour wsb.sw4torop.net - Plan du site